2022, l'année où l'on doit réinventer Haïti

Dernière mise à jour : 7 janv.

echoayiti.com

2021 s'en va avec son cortège de souffrances, d'indignation et de traumatisme... C'était l'année du manfoubinisme et du vampirisme d'État dont les gangs armés sont une des manifestations. C'était l'année des "radotè" des petro-voleurs, des kidnaping en série. C'était aussi l'année des "Lady Chacha," ces jeunes filles "san koutchya" qui se déshumanisent en troquant leur dignité contre une bière ou un plat de barbecue dans les corridors ténébreux des sex-show. Bref, l'année de toutes les duperies, de toutes les saletés. Et de tous les massacres...!

On s'en souvient longtemps encore tant les blessures sont nombreuses et profondes. La liste des personnes bastonnées, enlevées, assassinées, délaissées, violées, trahies désorientées et mutilées est longue. Nombreux sont des compatriotes, pour la plupart des jeunes, qui ont fui, telle une cité hantée, le pays vers d'autres contrées, parfois plus hostiles. Mieux vaut crever ailleurs, lâchent-ils, perplexes. Haïti, pays fatras! "Peyi fènwa!" Pays foutu! Pays pourri!

Moi, je ne sais pas pourquoi j'y reste encore et toujours. Peut-être par amour inconditionnel pour Haïti ou peut-être suis-je un illusionniste. Ici, le droit se tait pour laisser place au crépitement des fusils et à la loi du dollar. On est tous des morts-vivants ou des vivants-morts. Rien ne nous inspire ni nous rassure! Surtout que les dirigeants haïtiens, toutes catégories et époques confondues, ont excellé dans l'art de tout mettre "atè plat." Souveraineté et dignité nationales, "atè plat." Culture et richesse nationales, "atè plat." Justice et droits humains, "atè plat." Sécurité et contrôle du territoire, atè plat." Santé et environnement, atè plat." La jeunesse "atè plat, en mode chawa."Que dire de la famille, de l'école, ces institutions garantes des valeurs républicaines? "Atè plat pi rèd"...

Chers concitoyens, 2022 s'annonce très difficile. Les fossoyeurs de la Patrie sont encore et toujours là. Ils occupent toutes les sphères du pouvoir et ont mis tout le pays "atè plat."Et se relever, ce n'est pas pour demain. Pardonnez-moi si je vous balance ça comme ça, en plein visage. J'en ai assez vu et assez entendu. Et l'hypocrisie n'a jamais été mon point fort. De simples voeux de bonne ou heureuse année échangés, même en toute sincérité, ne peuvent faire bouger les choses. Le changement ne s'opère pas avec des slogans, il faut le reconnaître. Chez-nous, les années vont, reviennent et se ressemblent bien. Parfois, elles sont comme des soeurs jumelles.

Je ne suis pas un oiseau de mauvaise augure. Mais, juste un éclaireur qui vient, parmi d'autres, vous dessiller les yeux avant qu'on devienne tous des "zombi." Un humble ami de Che, des Gouverneurs de la rosée qui vient vous demander de vous réveiller de votre léthargie, chers concitoyens, et de venir nous rejoindre autour de la table des opprimés, des indignés et des écorchés anonymes. Car, je viens, y compris mes amis, vous convier au festin du grand réveil national dont l'année 2022 devrait être le point de départ.

N'ayez pas peur, n'ayez pas peur, dirait le feu Monseigneur Wolf Ligondé. L'année 2022, c'est l'année où doit s'opérer à nouveau le Miracle nègre"en mode Paul Kagame, au Rwanda, c'est-à-dire l'année où l'on doit choisir entre anarchie et état de droit, entre végéter et vivre, tout en partant à la reconquête de notre dignité et de notre humanité. Bref, l'année où l'on doit réinventer Haïti. Et surtout le citoyen haïtien sinon l'abîme finira par nous engouffrer tous.