La désintoxication médiatique, un défi majeur pour les patrons de presse en 2022

Par Wilner Pierre

echoayiti.com

Il ne fait aucun doute que la population, durant cette dernière décennie, n'a plus confiance dans les médias aux bottes des plus riches du pays. Finalement, le peuple haïtien, dans sa grande majorité, a compris le jeu des patrons de médias, promoteurs des gangs armés, pour la plupart.


En effet, la propension à manipuler l'opinion, à tromper les simples citoyens est inscrite dans l'ADN des patrons de presse et des pseudo-journalistes que la population considère comme des menteurs professionnels et des faiseurs d'opinion.


Les 3 mots qui constituaient jadis trois piliers majeurs des journalistes, à savoir: objectivité, impartialité et neutralité, sont remplacés aujourd'hui par: rançon, obscénité, ganstérisation. À ce sujet, Edward Herman et Noam Chomsky avaient pourtant bien décrit la situation, il y a longtemps. Pour ces deux auteurs, "le but sociétal des médias est d'inculquer et de défendre le programme économique, social et politique des groupes privilégiés qui dominent la société et l'État" (la fabrication du consentement, page 298).


En Haïti, par exemple, pour manipuler l'opinion, les patrons opportunistes et les pseudo-journalistes procèdent de plusieurs manières: par le choix des sujets, leur hiérarchisation, la formulation des questions, le filtrage de l'info, la tonalité et en maintenant le débat dans la limite de l'acceptable.


Comme beaucoup d'autres peuples, nos compatriotes ont compris que les médias sont des outils de fabrication d'une pensée conforme qui font appel à l'émotion. Les patrons de presse ont innové également, ils ont inventé en 2021 leur propre champ lexical calqué sur le modèle occidental. Par exemple, quand ils parlent de groupes armés, il faut se référer au champ lexical de ces faiseurs d'opinion pour comprendre leur jeu. Dès fois quand ils parlent de ces groupes armés, ils ont deux appellations différentes en fonction de leur intérêts et leur angle d'attaque. On a l'impression qu'ils parlent de deux groupes différents. Tantôt, ils les qualifient de gangs armés, tantôt ils les appellent révolutionnaires alorsqu'ils font le même travail avec les mêmes armes.


Stratégie de la médiocrité et distraction, chouchou des médias

Pour comprendre de quoi il s'agit, il faut se référer à nouveau à Chomsky, un maître en la matière. En effet, le linguiste Nord-américain a élaboré une liste de "dix stratégies de manipulation" appliquées scrupuleusement par les médias haïtiens. Cette pratique vise à maintenir la masse dans l'ignorance et la médiocrité. Elle consiste également à détourner l'attention du public des problèmes importants grâce à un déluge continuel de distractions et d'informations insignifiantes sur le grand boulevard par l'entremise de clowns des médias. Ces clowns de la presse font également appel à l'émotionnel, une technique classique, selon Noam pour court-circuiter l'analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. La finalité de tout ça, c'est de maintenir le public dans l'ignorance et la bêtise. D'après les patrons des médias, plus tu es con et stupide moins tu comprends les rouages et les méthodes utilisés pour te contrôler et te maintenir sous la domination du manipulateur. On comprend vite pourquoi ces pseudo-journalistes font appel aux bas instinct en encourageant l'invective, le scandale etc.


Bouqui est agrégé, le peuple a compris

Dans leur champ lexical, les pseudo-journalistes ont inventé une notion nouvelle, ils parlent également de médias à grande écoute. On est en droit de demander: c'est quoi un média à grande écoute? À partir de quels seuils on dit d'un média qu'il a une grande écoute? À partir de quels chiffres? C'est quoi la méthode utilisée? Aujourd'hui, une chose est sûre, Bouqui est agrégé, la majorité commence à comprendre le jeu des médias. C'est pourquoi les citoyens s'inventent d'autres espaces de discussion, car la vraie démocratie se trouve dans les relations entre les personnes se réunissant volontairement pour débattre ensemble, et c'est ce qui se fait à travers les espaces publics, les réseaux sociaux etc.


In fine, si les médias et les pseudo-journalistes veulent regagner la confiance de la population, ils doivent opérer un cure de désintoxication médiatique et intellectuelle. Il faut que les patrons des médias envoient des signaux clairs à la population. Ils doivent changer de paradigme en se dotant d'outils qui permettront de mieux gérer le corps qui fonctionne à l'image des corps armés.

Il faut sanctionner les dérives et les écarts, si vous voulez jouer véritablement votre rôle en 2022. Comment un patron de média peut autoriser un journaliste à faire la promotion et l'apologie des gangs armés, à donner la parole à des gangs armés, à encourager le mode opératoire de ces groupes?

Puisque vous êtes dans le déni de la réalité, vous pensez que la population est contente quand vous donnez la parole aux bandits qui exposent leurs forfaits, leurs violences et abus sur la population, ces groupes armés que vous appelez révolutionnaires ?


Vous pensez que la population est d'accord avec vous quand les journalistes, auteurs de toutes ces dérives, ne font objets d'aucune sanction? Vous devez vous rappeler aussi que le sujet humain est bien un sujet pensant, un être de verbe, de parole, de dialectique donc aussi de polémique.


Lumière à vous les amis de la presse et bon réveil. Bonne désintoxication en 2022.