Le Sénat et la Conférence Épiscopale d'Haïti se positionnent sur la conjoncture actuelle

echoayiti.com

Le Sénat de la République et la Conférence Épiscopale des Évêques d'Haïti (CEEH) se positionnent sur la crise sociopolitique du pays, à quelques jours du 7 février, date marquée non seulement par le soulèvement populaire ayant conduit au départ du défunt dictateur, Jean Claude Duvalier, mais aussi par la fin du mandat officiel du défunt président, Jovenel Moïse, assassiné le 7 juillet 2022 en sa résidence privée par un groupe de mercenaires.


Les deux entités ont, chacun, dans une note, publiée respectivement le 4 et février 2022, appelé les acteurs politiques à consentir des sacrifices et à faire un dépassement de soi via un consensus inclusif en vue de sauver le pays, en ces temps critiques et décisifs de son histoire. Le temps est au consensus, ont-elles fait remarquer


Par ailleurs, le Sénat considère que le mandat du dernier président élu prend fin incontestablement le 7 février 2022, et par conséquent la mission du Premier Ministre, Ariel Henry, prendra fin le même jour. À partir de cette date, le Premier ministre aura à liquider les affaires courantes et ne pourra engager l'État dans des projets relevant de la souveraineté nationale en attendant un large consensus, ont soutenu les dix sénateurs restant qui invitent le PM, les membres du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) ainsi que les acteurs politiques à un sommet extraordinaire en vue dégager les perspectives pour un retour, disent-ils, à la normalité institutionnelle. Dans cette même résolution, ils invitent le secrétariat du palais national à déposer l'écharpe présidentiel au Panthéon du musée national


Réagissant à la résolution des dix Sénateurs, l'ancien président de le chambre des députés, Me Jean Tolbert Alexis a, sur son compte Twitter, précisé que "le mandant du Premier Ministre Ariel Henry n'est pas lié par un quelconque mandat présidentiel, il a une mission qui consiste à organiser les élections dans le cadre de l'accord du 11 septembre au 7 février". C'est le même son de cloche du côté de Me Andre Michel du SDP qui, tout en rejetant la note du Sénat, plaide pour un large accord entre tous les secteurs.


Nous publions ici la résolution du Sénat et la note de la Conférence épiscopale des Évêques d'Haïti, en leur intégralité.