Le show d'Izo ou le spectacle de la honte

Dernière mise à jour : 14 nov. 2021

echoayiti.com

Le chef de gang de Village de Dieu entouré de ses soldats.

La vidéo est virale sur les réseaux sociaux et enflamme la toile. Le puissant chef de gang du Village de Dieu, Izo était en spectacle cette semaine dans son fief. Accompagné de ses suppôts, il égayait une foule de personnes chauffées à blanc au rythme des décibels. Il scandait une chanson qu'il a lui-même composée, genre hip hop, la tendance du moment, s'amusait avec ses pairs à qui il envoyait des liasses de billets gagnés, sans doute, dans le kidnapping et d'autres trafics illicites. Izo, du haut de sa majesté, s'affichait comme la vedette de l'heure ne se souciant guère qu'il a des comptes à rendre à la justice haïtienne pour ses activités criminelles.


Non loin du Village de Dieu l'argent se volatilisait et l'alcool coulait à flot alors qu'il y a un pays qui se meurt tout en étant coupé en deux. Il y a tout un peuple épuisé, déboussolé, meurtri et pris en tenaille entre la cruauté des gangs et le laxisme, voire le cynisme des autoritées et des élites politiques et économiques d'Haïti. En d'autres termes, la vie n'a pas les mêmes couleurs dans le royaume des bandits que dans les autres régions du pays. C'est bien là, la réalité du pays englué dans le spectre de la morosité, de la peur, de la misère, de la souffrance...


Personne ne peut interdire à Izo de s'amuser selon son bon vouloir et de distribuer de l'argent même acquis dans des circonstances douteuses, mais dans tout État de droit, il serait certainement traqué jusque dans son dernier retranchement.


Défiant toute la société, Izo utilise les réseaux sociaux pour faire passer ses saintes volontés, faire l'étalage de sa richesse et des armes lourdes composant son arsenal. Il y compte des centaines de followers. Et Chacun veut savoir le fond de ses pensées. Alors que de leurs côtés, les propriétaires de camions de carburant veulent aussi savoir s'ils auront un laisser-passer pour aller s'approvisionner à la Terminal Thor et alimenter différentes institutions et secteurs vitaux du pays, notamment les hôpitaux, déjà fragilisés par divers problèmes, sans compter des milliers d'élèves, de marchands, professionnels ou d'employés qui attendent pour reprendre leurs activités.


Nous avons vu Izo dans son ultime show. Et cela nous émeut. Sûrement, il avait devant lui des policiers en civil, de futurs candidats ou des fonctionnaires de l'État. La République d'Haïti est scandalisée devant le comportement cynique de l'homme fort de Martissant qui se festoyait au grand dam de toute une masse d'hommes et de femmes contraints d'abandonner leurs maisons pour se réfugier au Centre sportif de Carrefour, à l'abri des balles assassines. Certaines filles, pour y survivre, se voient obligées de s'adonner à la prostitution. Une situation pour le moins révoltante, et qui a été dénoncée par divers organismes de Droits Humains.


L'Ecclésiaste disait qu'il y a un temps pour chaque chose. Et selon Voltaire, chaque "génie" a son temps, et après quoi il faut qu'il dégénère. Au regard de ces deux affirmations, rien ne dure éternellement. Ainsi viendra-t-il un jour où toutes ces calamités seraient bien loin de nous. Et on parlerait de ces bandits déjà au passé. Où sont les dread Wilmer, Ronald Kadav, Grenn Sonnnen, Amiot Métayer, Labanyè, Arnel Joseph...?



La rédaction