Nous devons nous tourner vers l’avenir

echoayiti.com

Les festivités de Noël et du nouvel an sont déjà à nos portes. C'est le moment idéal de formuler des voeux à l'égard des personnes que l'on aime et de cultiver un rapport d'humanité avec les autres, nos semblables.

Noël, nous rappelle que le Fils de Dieu se fait homme !

Dans l’étonnant déroulement de cet événement inouï, les Pères de l’Eglise ont vu bien des signes : d’abord parce que l’enfant de Bethléem est né pauvre parmi les pauvres qu’étaient les bergers.

Egalement parce qu’enfant, il est faible et sans défense. Jésus vient ainsi parmi les hommes en partageant en tout leur condition humaine, à l’exception du péché. Du coup, à ÉchoAyiti, nous pensons à tous les Haïtiens qui ont vécu une année difficile marquée par l'assassinat du président haïtien, Jovenel Moïse, le 7 juillet 2021, qui sont éprouvés par le séisme dévastateur dans la presqu'île Sud du pays en août dernier et par cette explosion mortelle du camion de livraison de carburant qui a endeuillé le CAP- haïtien, la deuxième ville du pays la semaine dernière. Et chaque jour qui s'écoule, nous faisons le décompte des actes d'enlèvements contre rançon. Le kidnapping enrichit celui qui s’y adonne mais appauvrit davantage les familles haïtiennes et crée, par dessus tout, la peur de vivre dans un pays qui se désagrège à petit feu, tant les valeurs s'effritent, les institutions dépérissent et la vie est banalisée. La vie en Haïti n'a jamais été facile depuis quelque temps. Elle se détériore au jour le jour, quitte à pousser nombre d'Haitiiens à laisser le pays à la première occasion, le plus souvent sur des frêles esquifs pour rêver des cieux plus cléments. L’humiliation infligée à nos compatriotes près de la frontière Américano-mexicaine cette année est venue nous rappeler, s’il en est besoin, notre échec collectif et notre incapacité à offrir à ce pays des ambitions à la hauteur des attentes et aspirations de ses fils et filles. L'insécurité que nous vivons au quotidien, le chômage, la misère et tous ses avatars que nous payons au prix fort ont mis ce pays à genoux, tous ces constats laissent augurer que les Haïtiens n'ont pas le cœur à la fête, laquelle, d'ailleurs, a perdu toute sa saveur d'antan. Et on se surprend à se demander s'il y aura réveillon ou messe minuit cette année, à l'église catholique Sainte Bernadette de Martissant ou dans d'autres paroisses à Croix des Bouquets ou dans celles des autres quartiers de non-droit.


Ici, à ÉchoAyiti depuis notre lancement en octobre dernier, nous avons fait le pari sur l'avenir. Nous avons compris que le devenir de notre pays passe par l'engagement de chaque haïtien et de chaque haïtienne de bonne volonté capable d'oeuvrer à la mise en place d'un projet commun pour son pays. Car faire des projets, c'est permettre de se projeter vers l'avenir. C’est rêver ensemble.


Pour cette année 2022, sans pour autant perdre de vue les erreurs du passé, les Haïtiens devraient prendre le temps de se parler, de s'entendre et de se comprendre. De se connecter les uns avec les autres. Dans son message de Noël 2021, la Conférence Épiscopale d'Haïti à écrit ceci :" Nous lançons un appel à la conscience personnelle et collective ainsi qu’à un sursaut moral et patriotique pour lutter contre les "forces orgueilleuses du mal qui engendrent autour de nous et en nous mêmes les atrocités et les souffrances. Nous exhortons les acteurs politiques sociaux et économiques au sens de responsabilité, à l'entente et à la paix pour trouver une solution définitive et durable à la crise que traverse le pays depuis trop longtemps. Aux chefs de gangs armés et à ceux qui les soutiennent, nous demandons de déposer les armes pour contribuer à la reconstruction d'une société plus juste, plus humaine, plus fraternelle".


Heureux temps de fêtes à chacun de vous.

33 vues