Quand Ansy Derose célèbre la Femme

echoayiti.com

Chaque dernier dimanche du mois de mai se célèbre, en Haïti tout comme en France, en Suède, en République dominicaine et dans plusieurs pays d'Afrique francophone, la fête des mères alors qu'elle est célébrée le deuxième dimanche de mai aux États-Unis, en Suisse, au Canada, en Belgique et dans de nombreux autres pays. Il s'agit d'un moment privilégié où les femmes en général et les mamans en particulier reçoivent toutes les attentions tant de leurs enfants que de leur mari ou époux. Et l'art haïtien plus particulièrement la musique haitienne regorge de textes qui honnorent la femme-mère, vivante ou morte. Et c'est pour saluer cet être exceptionnel qui, selon le poète Louis Aragon, est l'avenir de l'homme, que Ansy Derose, l'une des figures éminentes de la musique haitienne, a composé «Femme», un des morceaux gravés à la cinquième place de son Disque D'or, dans lequel il a mis en valeur, en des accents sublimes, le sacrifice exemplaire des femmes qui allient tendresse et fermeté, compréhension et dévouement dans leur labeur quotidien*, ce pour le bonheur de leurs enfants et de leurs familles.


«Femme, tu donnes le goût de ton âme

. Au morceau de pain sans fromage

. Toi, la sauce sans épices toutes les fois

. Que ta maison est sans fortune

. Ta chambre est quand même fleurie

. Et ton coeur prêt à aimer»


D'après l'auteur, cette admirable et ravissante créature, douée d'une grande sensibilité, donne sens à l'existence. Sans sa présence et son sourire, la vie devient un vaste et déprimant désert. À ses yeux, c'est plus qu'une mère, c'est une confidente, une consolatrice. Et quand le vent s'agite, les flots se déchaînent, elle est le port où l'homme arrime la barque de sa vie en dérive, la source intarissable où l'âme assoiffée d'amour, de tendresse et de bonheur se désaltère:

«Femme, tu es la mère, tu es l'épouse

Tu es la divine maîtresse

La fée qui soulage toutes les larmes

C'est toi qui apaises quand on crève

Le ciel est noir

Et le soleil se couche à l'ombre

Si jamais tu verses une larme».


S'il est un fait que de tous temps, les femmes ont occupé une place de strapontin dans l'histoire de l'humanité, il n'en demeure pas moins qu' elles n'ont jamais accepté comme une vérité d'Évangile le mythe consacrant leur infériorité. Après d'interminables combats, certaines d'entre elles ont réussi à s'imposer et à atteindre le sommet de la célébrité, le paroxysme de la gloire dans les champs de disciplines aussi étendues que variées comme la philosophie, les sciences, les arts, la politique. Citons, entre autres, Marie Curie, Simone de Beauvoir, Georges Sand, Magareth Tatcher, Madeleine Albright, Angela Merkel.


Dans notre pays, depuis plusieurs décennies et surtout après 1986, les femmes ont accès à des positions fort enviables : mairesses, sénatrices (Mmes Mirlande Hippolyte Manigat, Edmonde Supplice Beauzil, Dieudonne Luma) , Premiers Ministres (Claudette Werleigh, Duvivier Pierre Louis), ministres et même chef d'État (Mme Ertha Pascal Trouillot). Sans oublier celles qui ont marqué notre histoire politique par leur héroïsme, au cours des luttes pour l'indépendance. Dans la majorité des cas, elle exercent leurs tâches avec compétences, professionnalisme et dignité. "L'esprit n'a pas de sexe", dit-on avec raison. «C'est l'absurdité de son éducation qui fait l'infériorité de la femme et non une quelconque cause naturelle», ont écrit le fameux philosophe français, Jean Le Roland D'Alembert.


Contrairement à certaines compositions d'un grand nombre d'artistes où la femme est dévalorisée et présentée souvent comme un simple exutoire aux ardeurs érotiques de l'homme, le texte d'Ansy Dérose l'embellit, la magnifie, la divinise même. Il constitue une apologie, tout en permettant d'appréhender la Femme dans sa véritable dimension et de comprendre ce qu'elle recèle de charmes, de vertus et de mystère.


«Tu m'as porté dans tes entrailles

Comme l'oiseau porte ses rêves

Comme le coeur porte l'amour

Pour servir le divin mystère

O femme! C'est dans ton sein

Que la lumière a fait les maitres de la terre

Les souverains, les rois, les dieux».


Divisé en trois couplets et deux refrains, ce morceau est une litanie de louanges en l'honneur du deuxième sexe, dispensateur de la vie, selon les voeux du Seigneur. Il nous porte également à réfléchir et à méditer sur la vraie valeur de la femme dans la société et dans la vie. Que toutes les femmes mères ou pas, quelles que soient leurs conditions sociales, ruminent dans leurs joies aussi bien dans leurs peines, ce vers combien significatif de Jean Claude Martineau, dit Koralen : «Siwo kan n pote foumi, siro fanm bay la vi»!


​​​​Antoine Junior

​​​​junylevoyageur@gmail.com